Intentions

Bilan 1988

Le plan directeur communal 1988 comportait 12 options illustrées par le schéma directeur du plan 1988. Certaines options ont été appliquées, quelques-unes abandonnées et les autres reportées dans le schéma directeur communal 2003. 
Pour appliquer ses 12 options, le plan directeur communal 1988 avait identifié 63 objets à coordonner, correspondant à autant de fiches de coordination décrites en détail dans le rapport 1988 et localisées sur la carte de coordination 1988, reproduite à la page 54 du présent rapport. 
La suite qui leur a été donnée est sommairement indiquée ci-après, selon les critères suivants : 

 BILAN DU PLAN DIRECTEUR COMMUNAL 1988-A  2 BILAN DU PLAN DIRECTEUR COMMUNAL 1988-B

Au bilan, sur 63 recommandations d’inégale importance, une vingtaine ont été suivies ou réalisées, principalement : 
Télécharger image  

  • la construction d’une nouvelle poste avec logements,
  • la réalisation du quartier de Saint-Paul, par un ensemble d'immeubles appartenant en partie à la commune,
  • l’aménagement du centre culturel du Manoir,
  • la construction du groupe scolaire de Pré-Picot, avec un poste de protection civile,
  • la construction du centre de voirie-feu, à la route de Vandoeuvres,
  • la construction en cours du parking sous le port de la Société Nautique,
  • la création du centre sportif de La Gradelle,
  • le maintien intégral de la zone agricole,
  • le respect de l’intégrité du “supersite“,
  • la protection de sites importants : Traînant, Haute-Rive, chemin Le Fort,
  • cinq classements, les maisons :Gédéon Mallet – Le Fort, Micheli-Calandrini, de Saussure, Saladin-van Berchem, le château "El Masr",
  • de nombreuses mesures de ralentissement de trafic.

Le résultat du plan directeur communal 1988 est donc substantiel compte tenu du fait que le début de son étude remonte à 1984. A ce moment-là, la plus grande partie des mesures adoptées en fin d'étude, 4 ans plus tard, n'étaient pas dans l'air. La commune a ainsi pu se doter, en une quinzaine d’années, d’équipements, de logements et de mesures conservatoires nombreuses. 

Le département de l’aménagement, de l’équipement et du logement (DAEL) a repris, dans le plan directeur cantonal Genève 2015, plusieurs options et mesures du plan directeur communal 1988, leur donnant ainsi un poids décisif, notamment :
  • proposition de protection "verte" dans le secteur Diodati,
  • parking relais sous le port de la Société Nautique,
  • pénétrante de verdure, "le supersite“.
D’autres mesures, suggérées par le plan directeur communal 1988, ont été à l'origine d'initiatives cantonales :
  • périmètre de protection des rives du lac
  • mesures de classement
Entre-temps, en quinze ans, de 1988 à 2003, des directives accompagnées d'instruments plus performants en matière d’aménagement donnent une nouvelle dimension aux plans directeurs communaux :
  • protection mieux définie : plans de sites, rives du lac, etc.,
  • introduction des périmètres d’aménagement concerté (PAC),
  • législation opérationnelle de la planification directrice (voir p. 83 et 121).
Ces nouvelles règles, et d'autres encore, rendent légitimes une nouvelle réflexion sur l’aménagement communal et son corollaire, la révision du plan directeur communal. Celle-ci est d'autant plus opportune que, de 1988 à 2002, l'urbanisation a poursuivi son emprise, de façon irrégulière en importance, mais constante dans le temps.

Plan directeur cantonal

Plan directeur cantonal Genève 2015 et ses liens avec l'aménagement communal

La hiérarchie des plans directeurs cantonal et communal impose de connaître les objectifs du plan directeur cantonal Genève 2015¹, adopté en 2001, avant de se pencher sur le plan directeur communal de Cologny.
> Voir plus