Etienne Krähembühl - Bing Bang

ETIENNE KRÄHENBÜHL
Né en 1953 à Vevey. Après deux ans passés à l’Ecole des beaux-arts, à Lausanne, Etienne Krähenbühl met le cap sur Barcelone et Paris. A son retour en Suisse, dans son atelier de Romainmôtier puis actuellement à Yverdon, il s’adonne à la sculpture et s’intéresse aux marques du temps dans la matière. L’artiste se joue des propriétés physiques des matériaux. Il crée des oeuvres dans lesquelles le son, le mouvement, le contraste entre monumentalité et fragilité acquièrent des rôles de premier plan. « Produits d’une compréhension profonde des possibilités d’expression de la matière, les sculptures d’Etienne Krähenbühl nous proposent une nouvelle et fascinante réflexion sur nous-mêmes et sur ce qui nous entoure » (Joan-Francesc Ainaud).
Depuis le milieu des années 1970, Etienne Krähenbühl a présenté ses oeuvres dans une foule d’expositions personnelles et collectives, en particulier en Suisse, en Espagne, en France, en Belgique, en Allemagne, en Italie, au Portugal, au Liban, en Turquie, en Inde, en Chine, au Japon aux USA et dernièrement au Kazakhstan. Parmi les nombreuses distinctions reçues, mentionnons le Prix de la Fondation Edouard Maurice Sandoz qui lui a été attribué en 2009 et le 1er prix de la Biennale de Sculpture à Astana au Kazakhstan.

BING BANG
Malgré l’évolution continuelle des théories en la matière, le Big-bang, depuis sa découverte, équivaut à ce point lointain de l’origine de l’univers, un grand fracas qui présida à tout. Eternelle question de savoir ce qu’il y avait avant, mais certitude avérée que nous venons de là, d’un vide plus ou moins vide qui allait s’étendre jusqu’à l’infini, ou presque. L’oeuvre d’Etienne Krähenbühl, représente ce Big-bang en une sphère qui pourrait tout aussi bien évoquer une planète ou un grand atome vue au microscope, là où l’infiniment petit rejoint l’infiniment grand. Le Bing-bang est un concentré de matière et d’énergie en devenir. Les pièces sont séparées d’imperceptibles espaces vides, qu’une simple pression peut remplir. La sphère joue dans l’espace, elle l’occupe et se retire, hésite, revient, fait résonner l’univers dans chacune de ses renaissances. Et au moment ou cette masse inerte est provoquée, au moment même où se libère toute sa puissance, le son et les ondes qui en résultent nous traversent, nous spectateurs vibrants à notre tour, témoins d’une étreinte vertigineuse avec l’univers naissant. Du silence on est passé au fracas, qui à son tour redeviendra silence. Mais dans ce silence encore, comme si l’énergie du Bing-bang n’avait plus de fin ni de répits, on ressent encore les ondes, on entend encore au loin, au plus loin de l’univers, quelques forces mystérieuses qui semblent résonner sans jamais totalement s’éteindre..

David Collin