Christine Demière: Les Femmes-Nuages

Mots de l'artiste | Christine Demière

L’énergie magnétique qui relie toutes formes de vie entre elles m’a un jour été révélée et au-delà de la force de cette expérience, est arrivé le besoind’intégrer ce ressenti dans mon travail de sculpture. J’ai modelé mes premières femmes nuages les yeux fermés en accueillant l’argile et sa souplessedans mes mains. Les lignes de mes sculptures sont devenues plus fluides, les volumes plus généreux, les formes plus libres, ouvrant la porte de monmonde intérieur au partage vers le monde extérieur. En 1993 les premières « femmes-nuages » sont arrivées dans mon atelier. Depuis mon travail aconstamment évolué, toujours en lien avec la nature qui ne cesse de me parler.

Les « femmes-nuages » m’accompagnent toujours et je crois qu’elles ne disparaitront jamais tout à fait du ciel de mes inspirations. Régulièrement jeles retrouve, elles m’attendent quelque part pour me rappeler ce lien sacré que nous entretenons avec la Vie. La femme libre, généreuse, porteused’un message d’amour universel avec lequel je me relie lorsque je sculpte une de ces ambassadrices.

Cette sculpture n’est pas le fruit d’un agrandissement mécanique, elle a été modelée sur un treillis à poules, puis bardée de bandelettes de fibre deverre avant d’être entièrement recouverte de résine, couche par couche, centimètre par centimètre… jusqu’à ce que l’ensemble fonctionne de toutesparts. S’en est suivi le ponçage et ses kilos de poussière avant les couches de finition et la mise en peinture. C’est un immense travail que de réaliserune sculpture de cette taille. L’originale a été montrée pour la première fois au Pont à la Vallée de Joux (2015), puis elle est apparue aux côtés d’unedeuxième « femme-nuage » à l’exposition quadriennale des sculpteurs de Genève à la Piscine du Grand-Lancy en 2016 dans une installation évoquantle cycle de la Vie et de l’Eau.

Toutes ces sorties ont malmené la matière, et j’ai décidé de faire un moulage afin de sauver mon premier modèle et de le réaliser en Polyrésine. Letirage limité et numéroté permet de respecter les normes internationalement reconnues d’oeuvre originale (8 exemplaires). La Polyrésine est unmatériau léger, solide qui résiste aux grands écarts de température, ce qui confère à ces sculptures la possibilité de pouvoir être installées sansproblème en extérieur.

Merci à la Commune de Cologny, ses autorités et ses habitants de m’avoir offert la chance de pouvoir exposer sur cette magnifique vitrine de l’artcontemporain. Le lac et les nuages, tout est lié dans le grand cycle de l’eau. Deux femmes nuages dialoguent en symétrie au sommet du giratoire. Leurimage évoque la baignade et la douceur d’une journée à la plage. La proximité du lac et la situation de la Commune sur les rives du Léman invite àsavourer le temps de l’été.

Mini biographie | www.christine-demiere-sculptures.ch

D’origine genevoise, diplômée de l’ESAV et de la HEAD de Genève, Christine Demière a acquis une formation polyvalente reconnue par un diplômed’expression tridimensionnelle en sculpture et un Master en transmission artistique. Dans son atelier « Sculpt’art » pendant plus de 25 ans elle apartagé son temps entre création personnelle et enseignement de la sculpture. Depuis 2018 elle se consacre entièrement à son travail artistique. Sessculptures sont présentes dans de nombreuses collections en Suisse et à l’étranger.

Exposition sur le giratoire route de Vandoeuvres / route Martin-Bodmer du 22 juillet au 25 novembre 2021