1er juin 2016

Allocution au Port Noir - 1er juin 2016

Mesdames, Messieurs,

Les salutations protocolaires ayant été exprimées, je m’y rallie pleinement et vous souhaite à mon tour le plus chaleureux des accueils sur le site du Port-Noir, au nom des Autorités de la Commune de Cologny.

"Ich hätte dir viel früher geantwortet, wenn mich die Ankunft dieser, herrlichen, Schweizer nicht komplett absorbiert hätte…" … schrieb der Junge Adolphe Boissier – bekanntermassen zukünftiger Bürgermeister von Cologny - in einem Brief datiert vom 6. Juni 1814,  an seinen Freund de Morsier.
"Je t’eusse répondu beaucoup plus tôt si je n’avais été totalement absorbé par l’arrivée de ces délicieux Suisses…" ... Ainsi écrivait le jeune Adolphe Boissier, alors futur Maire de Cologny, dans une lettre datée du 6 juin 1814, à son ami de Morsier.

Herzliche Willkommen Leute von Solothurn und Freiburg ! Cologny begrüsst und akklamiert Sie!
Bienvenue à vous, gens de Soleure et de Fribourg ! Cologny vous salue et vous acclame !

Tout comme la foule d’hier, celle d’aujourd’hui, au moins aussi nombreuse, se joint à moi pour vous souhaiter la bienvenue.

Vous êtes les acteurs illustres du premier chapitre d’une histoire en marche, celle qui a mené notre canton sur le chemin de son entrée officielle dans la Confédération, le 19 mai 1815.

La Suisse, un choix évident pour Genève, gage de soutien mutuel et de survie, dont le souvenir des liens anciens emportait la certitude des genevois d’entamer la démarche.

Célébrer année après année, l’option prise par nos prédécesseurs, revient en quelque sorte à nous porter symboliquement en cosignataires de l’acte authentique d’union de 1815, à confirmer notre attachement profond à ce pays dont nous partageons les valeurs.

Comme il en va de toute alliance, prenons-en soin ! Evitons de la laisser tomber dans la routine et la critique facile, porteuse d’ennui.

Dans ce monde moderne, fait de zapping en tous genres, perdurer dans le lien relève du défi, requiert autant de savoir-faire que d’une réelle capacité d’endurance, exige des efforts et la ferme volonté de maintenir le dialogue de part et d’autre, par tous temps et en toutes circonstances.

Dans les moments de doutes, tournons-nous vers les anciens, afin qu’ils nous rappellent le véritable sens intime de cette union et poursuivons ensemble avec assurance et conviction, sur le chemin de notre avenir commun.

C’est là mon souhait, avec mes vœux sincères pour que vous passiez tous ce soir, une belle cérémonie, empreinte de reconnaissance, de recueillement et de joie.

Pour que vive Cologny, vive Genève et vive la Suisse !

Catherine Pahnke
Maire de Cologny